TITAN NOIR, FLORENCE AUBRY

Après son bac, Elfie se trouve un job d’été dans un parc océanographique. Très vite, on lui propose de devenir dresseuse d’orques. Un boulot de rêve, croit-elle. Elle croit aussi qu’ils sont amis, Titan et elle. Elle croit que dans ce parc, les animaux sont heureux. Mais, si vous ouvrez ce livre, vous y lirez des pages noires. Vous y lirez la véridique histoire de cette orque magnifique, Titan, l’histoire très sombre de la souffrance des cétacés en captivité. Un roman inspiré de l’histoire vraie de l’orque tueuse Tilikum.
FLORENCE AUBRY
EDITIONS DU ROUERGUE
4 AVRIL 2018
DEFENSE DES ANIMAUX, + 13 ANS
Roman reçu d’après ExploBook de Lecteurs.com.
Titan noir. Un titre qui m’attire. Une couverture présentant une orque et me voici à ouvrir le livre, à en dévorer les premières pages.
Travailler dans un parc animalier. Voguer au côté des animaux marins. Croire que l’enclos est pour leur bonheur. Des utopies et rêves, Elfie en a plein la caboche. Ca déborde de bonne humeur à l’idée de fréquenter un parc, d’y être embauchée pour plus d’un été. Son entourage la met en garde, questionne son choix, lui présente les conditions de vie de ces animaux mais elle refuse, s’obstine à l’idée qu’ils sont bien traités.
Dégringolade des idéaux.
De caissière, elle passe à l’entretien des manchots. Puis vient le moment d’affronter une orque, l’épaulard curieux, à la peau uniquement noire : Obscuro.
Le récit est construit sur deux voix. Une distinction qui s’opère visuellement avec des pages blanches et noires. D’un côté, la vie contée de la jeune fille, et de l’autre, le récit de l’animal, sa souffrance, ses incompréhensions. L’une est portée par ses rêves. L’autre est hanté par ses cauchemars.
L’auteure maîtrise les émotions, ne plonge jamais au pathos envers l’animal et pour ceci, merci.
Seule la vérité crue est présentée.
Le roman s’inspire d’un documentaire : Black Fish. Un documentaire que j’ai vu. Une réalité que je ne soupçonnais pas pour ces bêtes dressées à devenir des clowns. Animaux débusqués à leur famille. Bêtes contraintes de jeux sous la pression de la faim mordant les entrailles. Florence Aubry emprunte des informations, construit son récit autour de l’orque Tilikum. Les pensées de l’animal s’offrent durant la lecture des pages noires. Comprendre les actes. Comprendre pourquoi l’orque, soudainement, décide d’entraîner son dresseur au fond du bassin. Pas un élan de sadisme. Juste la colère, un moment pour s’exprimer.
Fascination que l’auteure tente d’étouffer pour ces parcs.
Mettre les mots sur la vérité.
Un roman qui oblige à la réflexion.

Un commentaire sur « TITAN NOIR, FLORENCE AUBRY »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s