RÉELLE, GUILLAUME SIRE

Enviée, choisie, désirée : Johanna veut être aimée. La jeune fille ne croit plus aux contes de fée, et pourtant? Pourtant elle en est persuadée : le destin dans son cas n’a pas dit son dernier mot.Les années 1990 passent, ses parents s’occupent d’elle quand ils ne regardent pas la télé, son frère la houspille, elle danse dans un sous-sol sur les tubes à la mode, après le lycée elle enchaîne les petits boulots, et pourtant? Un jour enfin, on lui propose de participer à un nouveau genre d’émission. C’est le début d’une étrange aventure et d’une histoire d’amour intense et fragile. Naissent d’autres rêves, plus précis, et d’autres désillusions, plus définitives.

 

RÉELLE
GUILLAUME SIRE
EDITIONS DE L’OBSERVATOIRE
22 AOUT 2018
TV RÉALITÉ, FRANCE

 

Je ne présente plus mon attrait pour les couvertures. Après tout, c’est toujours cette raison qui me pousse vers un livre, m’invite à la lecture. Parfois, le titre est de la partie, s’invite. Ici, le titre, il n’en a rien de singulier à première lecture. Juste un mot. Et pourtant, son sens, il le prend au fur et à mesure des pages. Être réelle, ne pas se distiller entre les autres, ne pas vendre son âme à d’autres diables.
Réelle.
PAVILLON DES RÊVES.
C’est cette gamine, Johanna. Des rêves plein la caboche. Des envies de célébrité et de paillettes. Comme un besoin de sortir du cocon familial, et peut-être, surtout, de s’élever au delà d’une strate maigre. Quitter sa banlieue. Traverser la route. Traverser l’écran et le crever. Devenir idole. Ce sont les années 2000. Le commencement des premières télé-réalité. La première épreuve se nomme Graine de stars. Une famille qui la soutient. Une grand-mère qui ne cesse de répéter que l’argent est le nerf de la vie. Alors, elle y croit la petite, elle veut y entrer dans cette télévision. Pourtant, elle ne chante pas, elle ne danse pas. L’émission est encore à la recherche d’un brin de talent. Pas comme les autres qui vont déferler et offrir la célébrité pour rien.
PIÉTINER LES ILLUSIONS.
Recalée. Il faut songer à revenir. L’école est finie. Pas d’études supérieures. Elle trouve un emploi “en attendant”. Poursuit sur un autre job. Pérégrinations d’une jeunesse qui ne parvient pas à trouver sa place, espère encore. La chance – ou le malheur, s’offre après un appel ; participer à une nouvelle émission. Que doit-elle faire ? Rien. Être filmée. Ca semble si aisé. Etre soi. Être enfermée entre quatre murs. Avec d’autres. La petite banlieusarde s’invente une vie, tisse quelques mensonges, tricote de beaux souvenirs auprès des autres candidats, auprès d’un public qui a les yeux braqués sur l’écran chaque soir.
Etre soi.
Devenir une autre.
S’inventer.
Créer le masque d’une nouvelle identité.
Guillaume Sire propose l’avant, le pendant, et l’après du passage dans la première émission de télé-réalité. Une inspiration directe du Loft, mais truffée de détails, de questionnements. Johanna est son expérience. Une personne jetée à la gueule des loups. Fillette devenue pantomime d’un écran qui avale et recrache, formate et engendre la dépendance d’une célébrité basée sur le rien

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s