LE GOUT DU BAISER, CAMILLE EMMANUELLE

Pour ce premier roman de la collection L’Ardeur, Camille Emmanuelle nous plonge dans le quotidien d’Aurore, lycéenne, bouleversée par un accident de vélo qui lui fait perdre le goût et l’odorat. Comment cacher ce handicap au lycée et continuer de mener une vie normale ? Comment poursuivre une vie sexuelle à peine amorcée quand on ne sent plus rien ? Les entrainements de boxe seront son échappatoire et aussi le lieu où elle rencontrera Valentin. Avec humour et justesse, Camille Emmanuelle nous entraîne dans un parcours initiatique réjouissant.

Né d'aucune femme

Une nouvelle collection qui tend à explorer la sexualité, à en montrer les différentes facettes. Une collection pour aller à contre-courant de la new-romance et de ses relations souvent toxiques. C’est le Goût du baiser qui ouvre la collection, et avant de parler du texte, je veux souligner la jaquette et son jeu subtil. Cette photographie de corps nus qui se dérobe sous les lettres. C’est intrigant, et beau.

La romance pour adolescent, et la new-romance, j’avoue clore les paupières dès qu’on m’en parle. Ce ne sont pas des sujets qui m’intéresse, et de ce que j’en ai aperçu, ça transpire de clichés. Certes, c’est de la littérature, de l’évasion, mais les idées se forgent souvent avec la lecture, alors il était temps que surgisse une collection prônant les variantes qu’offre la sexualité. 

Le goût du baiser.
C’est le goût des premières fois. Le goût de la nouveauté. Ce goût que l’héroïne ne possède plus. À cause d’un accident de vélo. Le goût n’est plus là, ce ne sont que des souvenirs. Et l’odorat également a disparu.

Lycéenne lambda, c’est une gamine à laquelle on peut aisément s’identifier. Le texte s’enrichit de propos féministes grâce au personnage de la meilleure amie, Bintou. Un personnage important, qui permet de mettre en lumière certains comportements abusifs, de dédramatiser d’autres situations. Aurore et Bintou, c’est un duo, deux meilleures copines qui se confient tous leurs secrets et problèmes sans tabou. Des questions, et des peurs qu’elles expriment dans un langage cru. 

Le roman aborde plusieurs thèmes : La première fois. La sex-tape. Le consentement. Chacun des thèmes est traité via diverses situations auxquelles sont confrontées les deux jeunes filles. Un roman qui permet de saisir que les films et la tv ne rendent pas compte de la réalité. Un roman qui met en avant les erreurs, les bafouillements, et les balbutiements de l’amour.

On évite la niaiserie, on enjambe les clichés et c’est un petit guide de survie de la première fois qui s’ébauche au fil des pages. Pas de culpabilité ni de sacralisation de la virginité. Camille Emmanuelle offre un roman intéressant sur les questions qui effleurent et triturent la caboche des ados. Une belle entrée pour cette nouvelle collection.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s