LA BASCULE, FREDERIC BACH

Chus nerveux. Hier soir, une amie, rencontrée à l’HP, a téléphoné. Cela n’aura qu’un vague rapport avec la suite des événements, peut-être que si, ma vie est un patchwork de trucs qui vont viennent sans lien entre eux, ou si peu, au final le résultat est moche, je me dis bon ma femme qui dort à mes côtés, mon gosse tranquille dans sa chambre, c’est cool ça, mais là j’ai envie de baiser, il faut que je trouve du travail, ça ira je suis motivé, même s’il y a trop de violence dans la tête. Tout ça tangue un peu, prends tes neuros, suce un xanax, passe-toi de l’eau dans la gueule, oublie les chiens qui hurlent, et surtout tombe pas dans la bascule…

Né d'aucune femme (2)

La Bascule. C’est l’immersion dans la tête d’un homme, une personne aux connexions singulières, à la vision fracturée. Il a une femme, un enfant, et traîne ses savates d’agences intérim en petits jobs. Un gars à la vie banale si on l’observe au loin, se contente du physique en le croisant dans la rue, au détour d’une boutique. Un bougre un peu bizarre si on ne s’attarde pas à lui adresser à la parole. Mais le roman ouvre sa caboche, cisaille la boîte crânienne, laisse à l’air son cortex où valsent des pensées étranges, où la mort peinture ses idées.

Un nom, une identité ? Il n’en a pas. Un moyen, peut-être, de le noyer dans la foule, de lui conférer un anonymat, une absence de visage pour mieux l’entr’apercevoir à travers ceux que l’on croise chaque jour. La folie est bien déguisée.

Ce sont des rencontres, la banalité des jours et il suffit d’un mot de trop, d’un refus pour que le gaillard bascule dans la violence, dans un besoin de flux rouges. C’est obscène, sanglant, sans demi-mesure. Ça taille dans le lard, comme ça jacte d’insultes et de foutre. Si ton âme est sensible, que tu chouines de trouille devant les séries policières de TF1, sache que tu te rouleras en boule sous ta couette à la première page. 

Chaque chapitre comprend sa scène trash, versant dans un crescendo de démence et d’abomination. Cette répétition de l’horreur génère (pour moi) une légère lassitude, étant rarement choquée par des scènes ignobles dans les romans. 

Je lui reconnais une certaine facilité à trancher le vif, à ne pas s’encombrer de détails, à explorer le dégueulasse.

Un roman singulier, assurément noir. Une immersion dans le ciboulot labyrinthique d’un type habité par la psychose meurtrière. 

Un commentaire sur « LA BASCULE, FREDERIC BACH »

Répondre à Frederic Bach Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s