CHIENS DE GUERRE, ADRIAN TCHAIKOVSKY

Je m’appelle Rex. Je suis un bon chien.
Rex est un bon chien. C’est un biomorphe, un animal génétiquement modifié, armé de fusils-mitrailleurs de très gros calibre et doté d’une voix synthétique créée pour instiller la peur. Avec Dragon, Miel et Abeilles, son escouade d’assaut multiforme, il intervient sur des zones de combat où les humains ne peuvent se risquer. Rex est un bon chien. Il obéit aux ordres du Maître, qui lui désigne les ennemis. Et des ennemis, il y en a beaucoup. Mais qui sont-ils réellement? Se pourrait-il que le Maître outrepasse ses droits? Et si le Maître n’était plus là? Rex est un bon chien. Mais c’est surtout une arme de guerre hautement mortelle. Que se passerait-il s’il venait à se libérer de sa laisse?

EAU DOUCE

Un monde dans lequel la majorité des soldats a été remplacée par des biomorphes (humain et animal). Des créatures qui évoluent également au sein des industries, sont employées par les plus aisés pour porter leurs sachets. C’est dans la tête d’un biomorphe chien qu’on se faufile, qu’on se glisse. Rex. Ses ordres sont simples : obéir au maître, ne jamais l’attaquer. Et si les ordres du maître sont mauvais ? Il n’a pas à les questionner. Pourtant, il va devoir prendre ses propres décisions, oublier le maître, et créer sa hiérarchie suite à un incident.

Le roman pose une question intéressante ; ces biomorphes ont-ils des droits ? Peuvent-ils et doivent-ils être considérés comme autre chose que des objets ? Un procès est organisé pour défendre les droits de Rex. Des créatures créées comme des machines à tuer peuvent-elles avoir le droit de se promener librement ?

Texte chorale. Il se découpe en plusieurs voix, dont la première est Rex, personnage principal dont les pensées au début sommaires, se complexifient tout au long du roman, et cela grâce à ses rencontres et remises en question. Au milieu du roman s’ajoute une nouvelle voix, un protagoniste omniscient qui permet de relier chacun des personnages.

Un roman fascinant, étonnant. Un roman qui pose la question éternelle : les créations de l’Homme pourraient-elles/doivent-elles avoir des droits ? 

 

Un commentaire sur « CHIENS DE GUERRE, ADRIAN TCHAIKOVSKY »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s