L’ÉNIGME DE LA CHAMBRE 622, JOËL DICKER

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais. Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire. Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

EAU DOUCE

Genève. Un hôtel huppé où l’auteur himself y séjourne pour quelques vacances. Entre deux plaintes au sujet de son éditeur décédé l’année précédente, il y fait la rencontre de Scarlett, riche héritière en fuite d’un mari violent. Elle l’accoste, le reconnaît, il est l’Écrivain, et voilà que la donzelle souhaite comprendre les mécanismes de l’écriture. Il tente de lui apprendre, s’essaie à la difficile explication de la création d’un roman. Ça pourrait être intéressant, mais bien vite cette idée s’efface au profit d’une enquête qui tombe mystérieusement sous leurs paluches : pourquoi n’y a-t-il pas de chambre 622 ?

Le roman présente deux temporalités : celle de l’Écrivain qui enquête sur le mystère d’une absence de numéro. Et la seconde, qui nous replace des années auparavant, avec Macaire, un jeune banquier à qui la présidence de la banque familiale pourrait lui être compromise. Deux temporalités sont aisées à saisir, mais l’auteur en rajoute, tartine des événements “16 ans plus tôt”, “vingt ans plus tôt”, “la veille du meurtre”, “cinq mois plus tôt”… et cette accumulation de dates devient complexe à retenir, quasi impossible à broder sur une ligne du temps. On valse d’une date à l’autre, on alterne entre l’Écrivain, et Macaire.

On se perd. On abandonne tout intérêt pour l’affaire qui, sur la fin, s’emmêle dans plusieurs deux-ex machina, épuisant toute possibilité d’être surpris, engendrant dépit. Un livre qui aurait pu être amputé d’une bonne centaine de pages. Un roman qui n’a pas su me plaire et dont, malheureusement, je ne parviens pas à en extirper le moindre grain de positif.

On accumule les clichés, ainsi qu’un tissage d’intrigue trop emmêlé pour qu’il y ait un soupçon de crédibilité. 

10 commentaires sur « L’ÉNIGME DE LA CHAMBRE 622, JOËL DICKER »

  1. J’aime bien la chronique car c’est bien descendu à défaut d’être défendu.
    Ce sont des choses qui arrive mais je n’aime pas du tout que cela m’arrive.
    Je ne retiens pas ce titre même si chaque lecteur a sa sensibilité.

    J'aime

    1. il ne peut pas exister que des chroniques positives . chacun est sensible à différentes littératures. et Joel Dicker, j’ai essayé, je sais à présent que ce n’est pas pour moi. c’est une critique dure mais elle exprime mon ressenti, et pas un ressenti général.

      Aimé par 1 personne

    1. il faut essayer pour se donner un avis 😉
      il faudrait surtout voir avec ceux qui apprécient cet auteur, pour voir si c’est dans la lignée de ses autres écrits ou .. pas du tout

      J'aime

      1. Je n’en ai pas encore lu d’autres, j’ai juste vu le téléfilm « la vérité sur l’affaire Quebert » qui m’avait plu. J’étais très intéressée par celui-ci parce que je vis dans la région de Genève. Mais je vais attendre de pouvoir le feuilleter. Pour l’instant je ne lis vraiment que des avis négatifs.

        J'aime

        1. ou à défaut de l’acheter, il faudra attendre son apparition en bibliothèque/médiathèque. ça peut être un bon compromis pour un livre dont on hésite l’achat 😉

          J'aime

          1. Oui bien sûr, mais je n’ai actuellement pas de bibliothèque à côté et je ne suis pas très mobile à cause de problèmes de santé. Mais si je peux faire un tour un jour à une bibliothèque de Genève, je devrais le trouver. Ou le feuilleter plus tôt en librairie.

            J'aime

Répondre à Isandre Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s