ROUGE, PASCALINE NOLOT

Accroché au versant du mont Gris et cerné par Bois Sombre se trouve Malombre, hameau battu par les vents et la complainte des loups. C’est là que survit Rouge, rejetée à cause d’une particularité physique. Rares sont ceux qui, comme le père François, éprouvent de la compassion à son égard. Car on raconte qu’il ne faut en aucun cas toucher la jeune fille sous peine de finir comme elle : marqué par le Mal. Lorsque survient son premier sang, les villageois sont soulagés de la voir partir, conformément au pacte maudit qui pèse sur eux. Comme tant d’autres jeunes filles de Malombre avant elle, celle que tous surnomment la Cramoisie doit s’engager dans les bois afin d’y rejoindre l’inquiétante Grand-Mère. Est-ce son salut ou bien un sort pire que la mort qui attend Rouge ? Nul ne s’en préoccupe et nul ne le sait, car aucune bannie n’est jamais revenue…

EAU DOUCE

Le livre m’est présenté comme une réécriture noire du Petit Chaperon Rouge. Le conte ne transpirant pas la joie, je saute, je bondis, et me voici bien curieuse de découvrir ce roman. Et ce livre est une des raisons pour lesquelles je n’abandonnerai jamais le papier au profit de la liseuse ; le boulot fait sur l’édition. Ces pages rouges, féroces, un avant-goût du carmin qui saupoudre chacune des pages.

Rouge. Elle est l’enfant maudite, celle qu’il ne faut pas approcher, celle dont un unique touché pourrait vous enlaidir. Rouge, car portant une marque sur le visage. Rouge pour la honte. Rouge pour la colère qui gangrène lentement ses tripes. Rouge la paria. Elle est le mouton noir, la gamine recluse, celle à qui il ne faut pas adresser la parole. Rouge. C’est l’incarnation des maux du village, le réceptacle et l’aimant des malheurs.

On suit les pérégrinations de Rouge. Adolescente envoyée dans la forêt suite à l’apparition du premier sang, condamnée à suivre les loups envoyés par Grand-Mère. C’est un roman qui reprend les schémas du conte, les grandes figures présentes dans la Chaperon Rouge. Le chasseur est présent. Chasseur qui ne rutile pas de bonté. La grand-mère apparaît, semble s’être mêlée à la terrifiante Baba Yaga d’autres récits populaires. On avance, on tremble.

Je proteste trop souvent contre les plumes des romans estampillés YA (young adult). Trop simplistes, sans recherche de vocabulaire, allant à l’essentiel sans s’attarder sur de longues descriptions. Une recherche d’actions mettant de côté tout le descriptif. Merci Pascaline Nolot pour vos mots, votre plume qui façonne un récit macabre mais fracturé d’élans poétiques. 

Un roman pour retrouver l’essence des contes.
Adieu l’édulcoration Disney.

4 commentaires sur « ROUGE, PASCALINE NOLOT »

  1. L’édition est MAGNIFIQUE, je suis d’accord, un des livres récent les plus beaux de ma bibliothèque je crois bien hihi
    Tu en parles encore une fois très bien et en peu de mots (c’est pas mon fort) je suis admirative!

    « Je proteste trop souvent contre les plumes des romans estampillés YA (young adult). Trop simplistes, sans recherche de vocabulaire, allant à l’essentiel sans s’attarder sur de longues descriptions. Une recherche d’actions mettant de côté tout le descriptif. » JE PLUSSOIE à 10000% et justement, ma dernière chronique porte sur un livre comme ca, du coup ca fait du bien de voir ce que je pense mieux expliqué par quelqu’un d’autre ^^

    J'aime

    1. il est PARFAIT. je n’étais pas convaincue par la couverture (je suis chiante avec ça). mais en lisant la première page, c’est bon, j’étais engouffrée dans le récit. hâte de lire ton avis !

      Aimé par 1 personne

Répondre à hubrisetlibris Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s