CRÈVE MON AMOUR, ARIANA HARWICZ

Dans un coin de campagne perdu, une jeune femme lutte contre ses démons : l’ennui des jours, le tourment des nuits, le sentiment d’aliénation – à soi-même et au monde –, les pulsions de désir et de violence qui sans cesse l’assaillent et viennent peu à peu fissurer le tableau d’une vie domestique en apparence sans histoires. On la trouve instable, ingérable ; on l’appelle l’étrangère ; l’hystérique ; la folle. Et de fait, la folie est là, tapie dans les ombres du quotidien, prête à fondre à tout moment sur cette femme brûlant de liberté mais corsetée par les rôles contradictoires que la société des hommes et le carcan de la famille entendent lui faire jouer.

EAU DOUCE

Crève mon amour.
Un titre coup de poing, qui heurte, interpelle.

Le roman est un monologue, une longue plongée hallucinée dans le cortex d’une femme.
D’une mère.
D’une épouse.

On y suit les pérégrinations de sa famille, ses états d’âme. Un journal intime, pas de fioriture, de rature sur ce qui ne devrait pas être dit. Elle ne cache rien, elle dévoile tout. La maternité est au coeur de ses questionnements. Une mère qui subit le baby-blues, observe l’enfant avec soudainement l’envie de l’étrangler. Comment être mère ? Comment faire ? Doit-elle vraiment l’aimer ? Les questions bousculent son crâne, s’entrechoquent.

A la peur, au désamour, s’ajoute le couple.
Cet homme qui partage sa vie.
Cet amour qu’elle méprise, haine et aime.

Crève mon amour.

Elle les imagine, tous, sous sa poigne, même le voisin.
Les hallucinations se joignent à la parole.
Des animaux qui habitent son jardin, un cerf qui l’observe au loin.
La folie tapisse son cerveau.

Un roman étrange, un long cauchemar peuplé de réflexions houleuses. Des chemins divers, des pensées emmêlées. Le chaos roule entre les lignes, avale le lecteur, il faut s’y laisser charrier, abandonner toute prise. Les mots roulent, les réflexions chahutent les idées reçues. Un cri contre le carcan érigé par les masculins.
Un roman féroce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s