L’ILLUSION, MAXIME CHATTAM

Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été. Ne reste alors qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais, déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces « visions » qui le hantent, cette disparition soudaine… Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs ?

Val Quarios. Une station perchée en montagne. Un lieu qui a besoin de manutention durant l’été pour être opérationnel durant l’hiver. Hugo est embauché pour la saison, comme onze autres qui deviennent ses camarades pour quelques mois. Une station familiale, mais à y regarder de plus près, elle est inquiétante. Une architecture immense, des couloirs trop longs. En bordure, c’est un vieux manoir qui se hisse, caché derrière une forêt où les arbres chuchotent entre eux. Une baraque qu’ils disent habitée par un vieux magicien.

Vous vous demandez pourquoi j’ai décidé de quitter le public , d’abandonner la magie . Alors qu’il faudrait plutôt vous interroger sur la raison pour laquelle j’ai dû en faire ..

Hugo y vient pour oublier, tirer le rideau sur une histoire qui s’est effondrée. 
Val Quarios semble être l’endroit idéal. Isolé. Égaré. 
Point de départ pour une nouvelle histoire.

Le récit s’embrase à la disparition d’un personnage. Il paraît qu’elle s’en est allée, qu’elle a préféré ne prévenir personne. Hugo n’y croit pas, il doute, inspecte et suspecte du monde. Commencent les inquiétudes, les nuits à reconstituer un puzzle. Pourquoi. Comment. L’esprit s’échauffe, s’emmêle. Les hallucinations tissent des toiles gourmandes dans son cerveau. Des arachnides veillent dans les recoins sombres. 

La peur pour le lecteur, elle tient sur quelques chapitres. L’illusion, elle, ne tient pas. Elle s’effrite un peu plus à chaque page. C’est malheureusement trop long pour le peu d’actions. Des descriptions qui perdent leur sens, se répètent. Pourtant, du Signal, son précédent roman, j’en gardais des scènes houleuses, terrifiantes, bordées de descriptions précises. Ici, il y a trop de pages. Des actions maigres. Un personnage qui en devient antipathique à se hisser comme un Sherlock Holmes qu’on aurait piégé dans un Cluedo pour enfant. 

L’illusion se fissure. 

La fin. On l’attend, on espère un dénouement conséquent. Un tour de prestidigitateur. Une explication. Un tour de magie ! C’est une apothéose de déception. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s