LÀ où nOUS DANSIONS, jUDITH PERRIGNON

Detroit, 2013. Ira, flic d’élite, contemple les ruines du Brewster Douglass Project où s’est déroulée son enfance. Tant d’espoirs et de talents avaient germé entre ces murs qu’on démolit. Tout n’est plus que silence sous un ciel où planent les rapaces. Il y a quelques jours, on y a découvert un corps – un de plus. Pour trouver les coupables, on peut traverser la rue ou remonter le cours de l’Histoire. Quand a débuté le démantèlement de la ville, l’abandon de ses habitants ?

Détroit la grande. 
Détroit la déchéance. 
Détroit l’espoir, Détroit le mouroir. 

Années 40. Le Brewter Project est l’espoir, la volonté d’aider les populations noires à trouver un logement. Une idée qui semble fabuleuse dans la caboche de ceux l’ayant imaginée. Un ensemble architectural pour accueillir le rêve américain, le façonner, l’offrir. 

Le roman mélange les époques. 
Une traversée des âges. 
On vogue entre l’espoir, la grandeur puis la déchéance, le malheur. 

Détroit se hisse comme personnage principal. Ville narratrice de ceux qui foulent son goudron. Conteuse de ces vies à qui l’espoir est promis. Décortiqueuse d’un rêve inaccessible, d’une fantaisie, de paillettes qui ne font que piquer les yeux. Détroit partage le roman avec d’autres personnages. Ses habitants. Ira, un flic. Gamin, il est l’incompris, lui, qui veut intégrer la police. Ces hommes blancs, cette justice qui n’existe pas pour les noirs. Sarah. Légiste chargée d’une enquête qui ne trouve aucune issue, d’un gamin retrouvé dans les décombres. Ce visage qui n’est pas d’ici. Une maison de disques. Mottow de Berry Gordy. Qui hisse des célébrités, qui extirpe des gamines de la misère pour les élever en superstars ; les Suprêmes. 

Une maison, une voiture, un emploi.
L’utopie des États-Unis. 


« Qui va chanter une ballade pour Detroit ?
Qui va chanter comment et pourquoi elle se meurt ? »

Judith Perrignon offre un ouvrage qui croise roman et enquête journalistique. Des faits historiques précis, sans jamais verser dans l’ennui. Des personnages justes, inspirés de ceux ayant foulés la ville. Un témoignage sur l’abandon, la trahison. Un roman percutant pour saisir l’envers du décor, la réalité des villes bafouées, laissées en bordure de l’Histoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s