PARIGOTS. Florian PEYRON

« Parisiens têtes de chien, Parigots têtes de veau », que j’entendais gamin. Paris, si belle et si laide. Elle seule semblait enfermer l’ésotérisme suprême, perception d’immortalité qui semble vous protéger de tout, sous la coupe d’un bazar coïtal et soiffard. À mon arrivée à la capitale, je n’étais qu’un jeune mec avide de contemplation. […]

Lire plus